Obsèques et rites funéraires : comment l'inhumation individuelle est devenue la norme

obseques

De nouvelles pratiques funéraires avec le 19ème siècle

Le XIX siècle est un siècle de bouleversement, même si le cercueil existe depuis longtemps, ce siècle fait que le cercueil devient un accessoire obligatoire et absolument indispensable en 1801 dans les grandes villes et d’abord à Paris, que l’état garantit pour tous, y compris pour les indigents, désormais il devient obligatoire d’être enterré dans un linceul et dans un cercueil, ça c’est une rupture avant même le grand texte, le décret du 23 prairial an XII, qui fixe une nouvelle gestion des corps, mais avant ce décret à Paris le Préfet Nicolas Frochot a décidé cette rupture importante.

Les premières entreprises funéraires

17 avril 1801 : un agrément est donné par la préfecture de Paris, par un entrepreneur Luc Clément Bobet qui sera le premier d’une longue série d’entrepreneurs de la mort à Paris qui vont se conformer progressivement à ce qu’on va leur dire, c’est la loi ou un décret municipal qui instaure ce genre de relations entre la ville et les entrepreneurs de la mort.

Ce qui est en jeu ce sont des questions sanitaires, la ville doit se préoccuper de la santé des populations et on s’inquiète des émanations méphitiques qui peuvent exhaler des cadavres. Avant le XVIIIème les morts étaient enterrés dans les cimetières intra-muros ( ex : cimetière des Innocents, Paris ), paroissiaux, près des saints autour des églises, ce qui se pratiquait depuis le moyen-âge. A partir de la moitié du XVIII s, on entre dans une période de transition funéraire souhaitée par le clergé et surtout demandée par les médecins, ça devient un enjeu des pouvoirs publics que de prendre soin de la population de sa santé et de gérer de manière décente également les morts.

Gestion publique des cimetières et métiers du funéraire

Rapport très particulier qui va s’établir entre les fabriques, ce qui gèrent les églises en particuliers, les dirigeants municipaux et des entrepreneurs qui vont devoir négocier en permanence : qui doit enterrer comment avec quelles obligations, qui doit payer pour pouvoir enterrer ou être enterré, va se mettre en place une double façon de considérer la gestion des funérailles, une gestion religieuse, un service intérieur lié aux églises, synagogues, aux lieux de culte.

D’autre part une gestion extérieure qui va relever plutôt dans les grandes villes d’entreprises privées qui obtiennent des contrats d’adjudication avec la ville et qui vont s’occuper du transport, et c’est une question principale car les cimetières sortent des villes donc entre le lieu du décès le plus souvent à domicile, et le lieu de culte où a lieu la cérémonie l’église, la synagogue et ensuite le cimetière qui désormais se trouve en dehors de l’enceinte des grandes villes, il y a un temps de transport qui nécessite l’utilisation et la mise en avant qu’est cet accessoire : le cercueil qui permet le transport.

cercueil-bois

Cercueil et transport des défunts

Le cercueil et le char funéraire, les entrepreneurs se dotent dès le début du XIX s à Paris d’une quarantaines de chevaux, pour pouvoir tirer ces chars funéraires, car les seuls cercueils à pouvoir être transportés à bras sont les cercueils d’enfants et très rapidement on va se poser la question : les cercueils d’enfants doivent-ils être aussi grands que ceux des adultes, on peut faire des différences entre le bois de l’un et le bois de l’autre, y a t-il des essences meilleures que d’autres, une des questions qui se posent est le marché de l’enterrement, on demande aux concessionnaires qui sont nommés par la ville de Paris par adjudications, car on leur demande d’enterrer les indigents qui sont nombreux, presque la moitié des personnes enterrées à Paris au XIX, dans des cercueils qui sont de moins bonne qualité que ceux qui seront enterrés et qui ont plus d’argent. Il y a déjà une sorte de lutte autour de comment faire son argent en enterrant les pauvres tout en gagnant de l’argent sur ceux qu’on enterre et qui sont plus riches.

Cercueils gratuits

C’est l’équation que se posent les entrepreneurs puisque la ville leur fait l’obligation de fournir gratuitement des cercueils et des linceuls pour les indigents, et en même temps ce sont des entreprises privées qui donc vont essayer de faire leurs bénéfices en proposant toute une gamme de produits, d’accessoires dans des cercueils payants qui du coup se différencient de plus en plus des cercueils pour les indigents. En même temps c’est très compliqué car il y a une aspiration très forte en particulier à Paris, de la part de la population à une égalité devant la mort, ces considérations sont importantes pour des raisons politiques, des raisons d’équité devant la mort, importantes pour des raisons économiques pour les entrepreneurs, importantes pour des raisons sanitaires, car les cercueils en voliges pour indigents reliés par des clous pas très étanches…

Les entreprises vont faire que les corps des adultes seront transportés dans des chars funéraires, les entrepreneurs prennent en charge ces corps, mais autour des années 1820-1830, le port à bras des cercueils d’adultes en particulier d’hommes politiques importants est un enjeu majeur , l’enterrement est un moment politique dans des périodes où on ne peut pas manifester politiquement son opposition au régime en place, ça donne de la visibilité au cercueil.

 

Source : retranscription libre de la Fabrique de l'histoire de France Culture : Que faire de nos morts, les inhumer et peut-être les représenter.

Vous êtes client Amazon ? Payez désormais avec les informations de paiement et les coordonnées stockées dans votre compte Amazon.

Vous avez un compte Amazon ? Connectez-vous avec votre compte Amazon et essayez la commande Express

Commander avec

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye
Vous êtes client Amazon ? Payez désormais avec les informations de paiement et les coordonnées stockées dans votre compte Amazon.

Vous avez un compte Amazon ? Connectez-vous avec votre compte Amazon et essayez la commande Express

Connexion avec

J'ai déjà un compte,