Échange de pratiques entre professionnels du funéraire dans différents pays d'Europe

Quelles sont les réglementations dans les différents pays ?

Conférence de l'EFFS (European Federation of Funeral Service)

La France est de loin le pays le plus réglementé, mais il y a des pays où il n’y a presque rien en termes de réglementation.

Quels sont les usages dans les différents pays ? Quelles sont les tendances pour le futur ?

L’EFFS compte à peu près 100 membres dans 29 pays. Nous avons établi une norme européenne. En France il existe un délai de six jours pour organiser des funérailles, en Suède le délai passe à un mois. Chaque pays a sa propre réglementation. Dans certains pays, pour ouvrir une entreprise funéraire il suffit d’un numéro de téléphone, de quelques personnes et de véhicules. En France mais aussi dans d'autres pays, la réglementation exige une formation spécifique tout comme en Autriche, en Belgique ou au Portugal. De grandes fédérations en Allemagne et Norvège ont en charge ses formations qui peuvent durer des mois et parfois des années.

Les cimetières en Europe sont assez homogènes quant à leur gestion. En effet, les municipalités en règle générale ont la gestion des cimetières à quelques exceptions près où cette gestion est assurées par les églises, des entreprises privées ou des fondations. La réglementation concernant les cercueils est propre à chaque pays. En Allemagne, la loi ne dit rien. En Belgique la loi impose un cercueil et un linceul. L’unique exigence est que le corps du défunt soit recouvert par quelque chose. La réglementation qui concerne la crémation est quasi la même pour tous ces pays. La crémation est gérée par les autorités locales ou privées. En Norvège et en Suède ceux sont les autorités locales qui gèrent l’affaire. En Suède l’Église gère quelques crématoriums. Les entreprises funéraires sont en plein essor dans toute l’Europe, la plupart d’entre elles sont gérées par des opérateurs privés. On compte en Italie 7000 entreprises funéraires, 5000 en Allemagne, 3000 en France, 1000 en Autriche... Chaque entreprise veut son centre funéraire, c'est essentiel d’offrir ce service aux familles. De plus en plus, nous observons une sophistication des prestations.

La thanatopraxie et la réglementation

La thanatopraxie est autorisée partout. Hormis la France et le Royaume-Uni qui ont le taux le plus élevé, 50 % de la pratique de la thanatopraxie, les autres pays pratiquant celle-ci dans une proportion de 5 % dans le cas de rapatriement de corps. En Roumaine c’est devenu obligatoire depuis la loi 2016. Au Portugal le corps doit être inhumé sous 24 heures quand en Espagne le délai passe à 48 heures.

Le coût des pratiques funéraires

Les coûts varient entre 3000 et 5000 € pour 7 pays dont la France, l’Autriche, la Belgique, l’Allemagne, la Norvège, l’Espagne et la Suisse. En Italie et au Pays Bas cela va de 1500€ à 6000€. Le coût moyen en Suède est de 3000€ quand il est inférieur à 2000€ au Portugal, en Roumanie, en Pologne et en Hongrie. La pratique de la crémation Celle-ci est pratiquée à plus de 50 % dans 7 pays Ces chiffres augmentent jusqu’à 82 % pour la Suède et 90 % pour la Suisse, alors que la Roumanie atteint difficilement les 10 %.

Ces différences s'expliquent du fait de la religion, plus le pays est catholique ou orthodoxe, moins sera importante la pratique de la crémation. La pratique des cérémonies Tous les pays organisent des cérémonies non religieuse, elles sont plus rares en Roumanie et Norvège. Dans presque tous les pays, les funérailles sont accompagnées de cérémonies religieuses.

La pratique de la restauration

Les européens ont pour habitude de servir une collation après les funérailles. Aujourd’hui, de plus en plus de compagnies funéraires organisent un service traiteur dans les funérariums ou crématorium. Il semblerait qu’il n’y a qu’en France, Allemagne, Italie et Suisse que les opérateurs funéraires ne sont pas impliqués dans cette partie. La pratique de l’accompagnement psychologique Pour un soutien psychologique les entreprises vont faire appel à un service externe. Ce service la n’existe pas en France, Norvège, Pologne ni au Portugal.

cimetiere

La pratique des procédures administratives

La plupart des pays européens proposent aux familles une aide pour la gestion de l’administratif. Les directeurs funéraires proposeront un accompagnement pour le règlement de la succession (dernier testament). Les entreprises funéraires ne peuvent pas fournir ce type de service. En effet, seuls les conseillers juridiques ou les avocats sont en mesure de le faire.

La pratique de services numériques

Très peu d'entreprises offrent un service d’obsèques en ligne.Elles offrent cependant un services de connexion comme l’achat de fleurs en ligne, un service de condoléances, un livre de souvenir

Le développement du digital et de l'intelligence artificielle va profondément changer notre environnement de travail. La pratique des formalités numériques La dématérialisation a commencé un peu partout mais pas à la même vitesse. Souvent c’est un choix qui vient des autorités locales. Quelques pays comme la Suède et la Norvège sont très en avance du fait de leur choix de société et de politique publique, la société digitale.

La pratique et les alternatives

Aujourd'hui seules l'inhumation et la crémation sont pratiquées en Europe. Contrairement au Canada ou à 17 États américains la technique de résomation ou autrement appelée l’aquamation ou bio-incinération ne sont pas autorisées en Europe. La résomation ou aquamation ou bio-incinération est une technique qui consiste à placer le corps du défunt dans un caisson pressurisé qui est ensuite rempli d’une solution d’eau et d’hydroxyde de potassium. L'humusation ou compostage humain est un processus de transformation du corps d'un défunt en un compost, à l'aide de micro-organismes. Le corps du défunt est placé entre deux couches de feuilles mortes et de bois, au bout d’un an le corps est transformé en un humus que la famille ou les proches peuvent récupérer ce « super compost » pour fertiliser un jeune arbre. C'est une démarche écologique. La cryogénisation, ou cryoconservation est destinée à sauver des vies et à prolonger considérablement la durée de vie. La promession, ou funérailles écologiques, procédé pour réduire en poudre le corps défunt par le froid.

Face à de telles évolutions, on comprend que le rapport à la mort a bien changé et continue à changer dans nos sociétés.

Source : Conférence 2019 librement retranscrite, à consulter sur Youtube

Vous êtes client Amazon ? Payez désormais avec les informations de paiement et les coordonnées stockées dans votre compte Amazon.

Vous avez un compte Amazon ? Connectez-vous avec votre compte Amazon et essayez la commande Express

Commander avec

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye
Vous êtes client Amazon ? Payez désormais avec les informations de paiement et les coordonnées stockées dans votre compte Amazon.

Vous avez un compte Amazon ? Connectez-vous avec votre compte Amazon et essayez la commande Express

Connexion avec

J'ai déjà un compte,